• Mercredi 02 février 2011 à 16 h 32
Auteur :

Tu sais, la journée d’appel, c’est le truc qui est censé remplacer le service militaire. Une petite journée, donc bon, on va pas trop se plaindre.

Départ de mon bled paumé à 6h 15. Autant dire que j’ai dû me lever à 5h 30. 5h 30 vs 7h 40 les jours normaux (oui, j’habite pas très loin du lycée, et je suis TRÈS rapide) je te dis que ça fait une différence de taille. Donc bien crevé, un café dans les veines, autant dire que c’était pas le jour.

Alors le bus. J’ai une très mauvaise expérience du bus, si tu te souviens. Bon, je vais pas dire que là c’était pire. Donc une bonne heure et demi de route, dans la nuit, avec des spécimens bizarres, sans que je sache si je suis seul à me rendre à cette stupide gendarmerie à Orange que je n’ai absolument aucune idée d’où elle se trouve.

Arrivée à la gare routière d’Avignon :

Gare d'Avignon

Gare d'Avignon

Oui oui, c’est vraiment une gare. Et je te parle pas de l’odeur de pisse. Ni des téléphones pétés en fond, des caméras qui ont été arrachées, des sièges (que l’on aperçoit sur la droite) qui sont pas vraiment des sièges, et dans tout ça, une pauvre petite secrétaire qui doit changer toutes les semaines pour cause de suicide. Gros plan :

Je baiserais la France jusqu'à quel même.

Je baiserais la France jusqu'à quel même.

Joie, joie, joie. Mais vous l’aurez compris, là, je suis pas à Orange, qui est mon point de destination. Là, je suis à Avignon. Donc je me rends, bien entendu, à la gare du centre, pas la TGV attention, et j’observe les tableaux de bord. Je vous promets, j’aurais dû prendre une photo, mais un seul train pronostiqué en retard : le mien. Alors que sur la feuille de la convocation y’a marqué « Aucun retard ne sera toléré sous peine d’exécution barbare ». Bon, je cherche, je vais sur la voie A (je sais pas trop pourquoi, ça me semblait bien), j’attends bien dix minutes, je demande aux gens autour (c’est à dire une dame et un clochard) s’ils vont à Orange, ils me disent que non.

Je te jure, la journée qui commence bien. Puis j’apprends qu’en fait, il fallait aller voie B. Donc je vais voie B.

Avignon, ville de gratteur. J’ai dû perdre deux euros en l’espace de cinq minutes. « Pour manger ». C’est ça ouais.

Attente, attente, train qui arrive (après m’être demandé pendant un bon quart d’heure si j’attendais bien le bon), départ pour Orange. Arrivée : 8h 15. Rendez-vous 8h 45. What the fuck.

Alors, tu essaies de trouver la gendarmerie, sans même penser que tu as un GPS sur ton téléphone moderne avec lequel tu peux même téléphoner. Tu marches, tu marches. Si tu veux le parcours, tu cherches sur Google Maps, mais ne t’y fies pas, y’avait beaucoup plus qu’1.2 km. Y’en avait au moins 6 ou 7.

Mais qu’importe. C’est pas le matin qui est rigolo, c’est le soir où je les ai sentis les 7 kilomètres. Y’avait 7 kilomètres, ne me contrarie pas non de ZEUS MARTY. Donc, j’arrive à la gendarmerie, où il y a donc des gendarmes gros et probablement analphabètes (ah ah, il est rentré avec un CAP, et maintenant il peut prétendre avoir une licence. Mais lol, c’est de la merde une licence, c’est pas comme ça que tu me convaincras d’entrer dans ton armée hein). Et là, c’est le drame.

Ca parle, parle, puis on fait les tests. LES TESTS DE FRANÇAIS DE LA FRANCE DE BAUDELAIRE ET PROUST. En même temps, j’ai réussi à faire croire à quelqu’un que c’est Mozart qui a inventé le Rock, alors tu sais. Autant dire qu’avec tous les putains de bouseux avec qui j’étais (cf. : j’avais l’impression d’être un génie), ça s’annonçait funny. Alors le premier test : ce mot existe-t-il ?

« Le mot lapin existe-t-il ? Si oui, tapez 1. Si non, tapez 2″.

« Le mot télépathe existe-t-il ? Si oui, tapez 1. Si non, tapez 2″, « Putain, c’est quoi télépathe ? Ça existe ? C’est pas les trucs qu’on mange devant la télé, là ? » « Non, c’est les plateaux-télé ça. »

Bref. Cocasse. Maintenant : ces mots se prononcent-ils pareil ?

« Les mots public et pulbic se prononcent-t-ils pareil ? Si oui, tapez 1. Si non, tapez 2″

« Les mots enfant et enphen se prononcent-ils pareil ? » « AHHHH, j’ai pas le temps, c’est trop trop dur ».

Puis ensuite, on a eu un texte de Joffo, extrait de « Un sac de bille ». A la fin du texte, le héros se rend à Grand-Cheval, pour faire un truc. Et la question qui tue, c’était probablement :

« A la fin, le héros s’en va :

- A vélo
- En voiture
- A pied
- Sur son grand cheval »

Mais passons. Le repas, pas terrible, puis d’un calme t’imagines pas. Personne se connait, personne se parle. Evidemment, y’a les salopes qui gueulent « Allez putain, passe-moi le ketchup là ! Déjà j’ai pas fumé de clopes, tu vas pas me saouler ! » et autres, mais dans l’ensemble, calme. Puis secourisme, etc. Et là, c’est l’heure de partir (je fais un peu l’impasse, sinon c’est long et pas intéressant. Du moins, autant que la reproduction sexuée chez les gastéropodes).

L’heure de partir. Il 16h44. Le train part à 16h 55. Alors certes, maintenant que j’ai dit qu’il n’y avait qu’1.2 km, c’est moins incroyable, mais je suis sûr qu’ils mentent. J’ai couru pendant 10 minutes, Pamela Anderson bis, j’ai volé une orange (c’était moi), je me suis trompé de chemin, j’ai failli mourir. J’ai écarté les lianes avec ma hachette, j’ai tué deux serpents et vaincu une hydre, puis je suis arrivé.

Je suis arrivé, là, devant mon train. Je l’ai vu, de mes propres yeux. De mes propres yeux, je l’ai vu partir, juste là, alors que j’avais failli mourir pour lui. MOURIR POUR LUI, TUE PAR UNE LIANE. D’ailleurs, j’ai mis la soirée à m’en remettre. Et je suis pas sûr d’avoir totalement récupéré.

Articles similaires :

    None Found

Vous pouvez suivre tous les commentaires de cet articles grâce aux fils RSS 2.0. Les commentaires sont ouverts.

12 Responses

  1. Mouah ah ah !!!! « Je baiserais la france jusqu’a ce qu’elle meme » le mec qui a écrit ça est au choix
    -Un visionaire de génie malheureusement incompris
    -Un espion russe au service de l’Ukraine utilisant un code ultra-secret
    -Un poete romantique surrealiste du 23eme siecle
    -Un profond abruti
    Juste pour te dire que j’ai decouvert ton blog il y a un mois et que depuis je te suis regulierement, et surtout : j’adore ! Alors continue de nous faire rire comme ça !

  2. 2
    Araen 

    @coin de vie: Ah, ça fait toujours plaisir des messages comme ça, surtout en ce moment :) Merci en tout cas, j’espère continuer à te faire rire.

  3. 3
    Maaag 

    Araen il faut que tu te remettes au sport de toute urgence, rapport aux 7 km et au train que tu rates ! Sinon pour « Je baiserais la france jusqu’a ce qu’elle meme » j’ai envie de répondre « MER IL ET FOU »

  4. 4
    Araen 

    Il faudrait en effet que je me mette intensivement au sport. Pourtant, je fais quand même du Badminton.

  5. 5
    Petit Poney Pailleté 

    Tu te gaves petit gastéropode!

  6. 6
    Araen 

    Merci bien Petit Poney =D

  7. 7
    Anders 

    Ah oui, la gare routière d’Avignon – tout un poème avec ses reubeus gays qui te matent, brrr… (au moins, ils te cassent pas la gueule) Heureusement que les filles ont du répondant dans le coin, parce qu’avec la faune qui traine…

    Ca me rappelle mes quelques années de fac dans la ville – et dire que j’ai attendu Bac+5 pour avoir une caisse.
    J’ai fini mon mémoire de DESS sur les « pas siège » de cette gare – rock’n'roll.

    Sinon, Orange – oui, une grosse crotte aussi.

  8. 8
    Araen 

    Ces « pas siège » sont quand même assez incroyables. J’imagine bien l’étudiant type essayer de terminer son boulot dans ce lieu infect qui pue la pisse et le dégoût. Dégueulasse =D

  9. 9
    PankkypH 

    Désolé mais les gastéropodes étant bisexué, je crois que la JAPD est infiniment moins intéressante que leur reproduction. :)

  10. 10
    PankkypH 

    Bisexués*

  11. Cela me rassures, je n’ai rien loupé en refusant 2 fois leur ordre de convocation. Si il me demande un justificatif, je leur envoie le lien de ton article ;-)

  12. 12
    Araen 

    Tu seras obligé de la faire un jour, faut s’y résoudre. En plus, ils sont rigolos ces machins qui savent pas s’ils sont scolarisés ou non et qui pensent que le 8 Mai, c’est la fête des mères.

Laisser un commentaire