• Samedi 02 mai 2009 à 14 h 41
Auteur :

« Assis sur la fenêtre de mon HLM miteux, je ne pouvais qu’au loin contempler un coucher de soleil bleuté, dont la beauté était inversement proportionnel à la gravité de son existence. Une centrale avait explosé en Allemagne, vers Stuttgart, libérant vers le ciel un léger voile azuré.

Je respirais par cette soirée un air encore chargé de lourdes vapeurs, tout en me demandant comment le monde avait pu en arriver à un tel point. Si je me souviens bien, il me semble apercevoir le début avec le vote d’une loi obscurantiste qui avait déclenchée quelques tensions au sein de l’Internet français. Paris s’était embrumé de fumigènes odorants, dans toute la France éclataient ici et là des manifestations désorganisées pour montrer un désaccord avec le gouvernement. Les semaines passaient, des leaders se plaçaient à la tête du mouvement qui était désormais révolutionnaire. Alors que du sixième étage de mon immeuble tout avait toujours été calme dans la ville au pied de la coline, j’entendais de plus en plus souvent des cris ou des bris de verre, je voyais des flammes qui léchaient des vitrines et allumaient la nuit.

Les leaders se distinguèrent de par leur esprit synthétique, et c’est avec une organisation totale que le groupe qui passait inaperçu devint une des plus grosses manifestations de notre époque. Le mécontentement du peuple ressortait enfin, ce peuple tout entier ignorait ce contre quoi quoi il se battait, mais il se battait.

Puis se distinguèrent les personnes pro-gouvernementales, détachant la population en deux parties qui semblaient aussi puissantes l’une que l’autre. Elles se firent appelées la jeunesse dorée. Des journaux indépendants apparurent très vite en réponse à une propagande stakhanoviste stalinienne. Chacun préchant pour sa propre paroisse, tout le monde était désormais contraint d’appartenir à un groupe. J’avais en effet une fois aperçu un jeune, la chemise propre et les cheveux bien peignés, marchant dans la rue la tête baissée, se faire accoster par un groupe aux t-shirts sales et aux chaussures crasseuses. Ils prononcèrent d’une voix glaciale « Est-ce que tu as choisi ? ». J’en déduisais que ce n’était pas la première fois que le jeune garçon, dont les seize ans superbes florrissaient, se faisait arrêter par ces personnes. Il balbutia quelque chose que je n’entendis pas, la réaction du plus grand ne se fit pas attendre. Il leva son poing et l’abbatit sur sa temps, lui fila un coup de genou dans le ventre, profitant de sa mise à terre pour le ruer de coups de pieds avec ses amis. Je ne sus jamais de quel camps les agresseurs vantaient les louanges et ce qu’il était advenu de leur tête de turc.

Le pays se retrouva mis sans dessus-dessous, et ce pour une malheureuse loi mal pensée. Les rues étaient toutes jonchées de verre, les vitrines étaient cassées, les fleurs étaient fânées et les arbres déracinés. Subsistait en ville ces groupes qui, jours après jours, perdaient un plus de crédibilité.

La presse internationale eut très vite vent de la situation française, relayant les images les plus terribles aux journaux télévisés du soir. La radio se mobilisa, l’internet se mobilisa. Les gros titres provocaient : « La liberté française est mise à mal ! », « Une guerre civile fait rage au sein du peuple français ! », « La première révolution sur le net qui prend forme dans la réalité ! ». S’ils avaient su… Ce fut au tour du peuple germanique de se révolter. Un envie de liberté, de casser cet étau qui les emprisonnait chaque jour un peu plus. Ce fut l’envie qui les poussa à déclencher une révolte pour un motif dont l’intérêt m’échappe encore. De même que la France avait inspiré avec le modèle de l’absolutisme, elle avait inspiré avec un mouvement terrible de fraîcheur destructrice.

C’est aujourd’hui le premier jour. »

Articles similaires :

Catégorie : Actualité, Ecriture  | Tags: , ,
Vous pouvez suivre tous les commentaires de cet articles grâce aux fils RSS 2.0. Les commentaires sont ouverts.

6 Responses

  1. 1
    Valentin 

    Franchement bravo mec !
    Tout ça a cause de la loi Internet ^^
    Tu penses franchement qu’un tel amassement ( je sais pas si ça existe ) de gens peut se faire ?
    Une telle révolte ?

    Je pense que oui …

    Bon courage pour la suite ( Si il y en a une =D )

    Valentin

  2. 2
    Araen 

    Je ne pense pas qu’un tel amassement soit possible non. La cause n’implique pas assez de personne, et le gouvernement n’est pas assez « grave » pour être remis en question à ce point. Et oui il y aura une suite, ça se déroulera en 7 jours ;)

  3. 3
    Valentin 

    Ok, ton point de vue est intéressant, des gens vont manifester contre la loi-dont-je-ne-citerai-pas-le-nom mais pas beaucoup, par contre le téléchargement va monter en flêche car les lois sont faites pour êtres contournées !

    Pour la suite Uber cool !

  4. 4
    Pierre-Emmanuel 

    Je trouve intéressante la personnification des flammes « je voyais des flammes qui léchaient des vitrines « , elle traduit bien l’incarnation du mal via hadopi
    Qu’une seule chose à dire : Hadopi, sodomie

  5. 5
    Araen 

    Ne nous arrêtons pas aux détails de style, mais au contenu. Le deuxième jour paraîtra dans la journée.

  6. 6
    Gogopex 

    Juste.. Awesome !

Laisser un commentaire