• Samedi 10 septembre 2011 à 13 h 04
Auteur :

Dire qu’on a pas le temps de faire un truc est un mensonge éhonté qui ne devrait pas exister. On a toujours le temps de faire ce qu’on aime, et surtout on le trouve toujours. Non, en vrai, c’est juste que j’ai plus internet et que, de ce fait, l’écriture d’articles se retrouve dans une position difficile par rapport à ma volonté seule.

Donc. Vous le savez peut-être pour un peu que vous m’ayez lu ces derniers mois, je suis en prépa maths au lycée du Parc (HX4 power !). Ces quelques lignes seront donc destinées à répondre à mes proches qui n’ont pas de nouvelles parce que je ne les aime pas en vrai (mais un peu de temps en temps) et à ceux qui seraient possiblement intéressés par la vie en prépa. Il y aura de toute manière d’autres articles par la suite, je ne vous oublierai pas. Bref, la rentrée pour les internes était dimanche, ça fait donc même pas une semaine que je suis là mais j’ai l’impression que ça fait dix ans.

Le premier soir, déjà, il pleuvait. Et le premier soir, c’est la soirée d’intégration (qu’on n’appelle plus bizutage parce que maintenant c’est interdit et que le proviseur a bien dit que le ministre ferait une déclaration si un grand lycée comme ici subissait des bavures, ACHTUNG !). On s’est donc retrouvés dans le parc d’à-côté ¬– un parc genre génial – mais sous la pluie, où on a dû s’asseoir, et où ensuite on a dû traverser la ville et demander aux gens une signature sur un papier avec écrit dessus « Les taupins sont trop sexy ». Les taupins c’est nous, les scientifiques, ceux qui dominent le monde pour l’heure et pour la fin des temps (pas comme les BCPST (la concurrence entre filières est rude, mais on ne le pense pas (par contre, si vous entendez « HEC enculés ! », c’est normal (c’est la faute aux A/L ça encore) ) ). L’encre était baveuse, va signer sur un papier trempé un dimanche soir à plus de dix heure où y’a plus personne à part un dernier kébab encore ouvert. Bon. On a quand même eu une quinzaine de signatures, ce qui est franchement PAS MAL.

D’un côté (à partir du lundi), il y a les cours, et une vie sociale que l’on néglige quand on en parle. Mais la prépa est un espace de grands malades mentaux où les vacances (c’est pas moi qui le dit, c’est les deuxièmes années), c’est les moments de libres où on a le temps de faire des maths. Sauf que là, on s’éclate tous à faire des maths. Si c’est votre truc et que vous hésitez, n’hésitez plus. Vous passerez votre journée sur des triples sommes, des quantificateurs et des qualifications d’espace pour les complexes. On a écrit trente pages de maths, mais c’est jouissif. C’est le passage du lycée, où la pratique des mathématiques est une tare, à la prépa où cette même pratique est un loisir. Du coup, tu t’amuses sur les DMs qu’on te file tout en travaillant. Ce qui est assez énorme.

Les premières années sont les bizuts, c’est comme ça, même si ça devrait plus se dire. Mais c’est loin du bizutage violent que chacun a pu entendre. On est lié aux deuxièmes années qui nous parrainent et qui sont d’un sympa juste incroyable (dont la plupart en MP* ont un an d’avance et sont pour certains plus jeunes que toi), on peut avoir des discussions juste fascinantes sur un tas de sujet qu’on devait ruminer tout seul entre les murs du lycée faute d’interlocuteur, et la moyenne de la classe – avec les notes de terminales – tournent à 18. Les « Ouais, j’ai eu que 19 en maths, T’IMAGINES, PUTE DE SPÉ QUOI ! » sont légions. Et les mêmes notes en philo également. De premier pour presque tous, on peut facilement se retrouver 46e. Et surtout, on rencontre de ces esprits qui n’existent qu’en rêves. Des gens capables de réflexion d’une vivacité hors du commun, des gens qui t’expliquent un truc quand c’est toi qui a toujours tout expliqué, des gens qui prennent autant leur pied que toi à faire des maths, des gens qui parlent maths autour d’un verre de téquila et qui cherchent le moyen le plus efficace pour manger de la bonne bouffe chez soi (à base de grand-mère, d’enfant, de petits enfants, de mariage grabataire et autres afin d’optimiser les chances de faire un truc bon à partir de deux trucs dégueus en soi). Ce qui n’est pas un mensonge, je vous jure.

Jouis-sif. Pas d’autre mots. Je crois que j’ai jamais été autant à ma place qu’ici. À tous ceux qui pensent que la prépa est un tue la vie maintenant, je leur dirai que c’est faux faux faux. C’est surprenant, mais pour le moment, on est un bon groupe à avoir l’impression de se connaitre depuis la maternelle. On est ensemble à la cafét’, on boit du café, on fait les DMs ensemble jusqu’à 9h le soir, on sort au parc, on va se promener, on met en commun des connaissances, et au final on se retrouve avec un noyau dur d’amis qu’on peut pas éclater. Et on en a le temps. Parce que c’est du boulot, mais du boulot qui plait et qui de fait rend les choses beaucoup plus palpitantes.

Après, y’a aussi les choses comme le 2h de maths, 2h de physique, puis 2h de maths le mercredi. Avec le prof de physique qui rogne sur la récré où qui peut vous dire « En fait, je vous garde jusqu’à dix-huit heure aujourd’hui, c’est bon ? ». Impensable au lycée. Les jours n’existent plus. Seul le week-end sépare les semaines les unes des autres. Jouis-sif. J’arrive pas vraiment à mettre des mots sur l’ambiance. Y’a pas la concurrence – chez moi du moins, je vais essayer de pas parler au nom d’HIV ou de Louis le Grand – qu’il peut y avoir dans les plus grandes prépas (les deux meilleures prépas scientifiques devant le Parc en fait). C’est carrément un esprit d’entraide et un esprit, même s’il est dans la compétition pour trouver en premier la solution, qui entraine vers le haut ceux qui ne font pas les liens ou qui les font ailleurs. Chacun a son talent et son intuition à apporter au groupe.

Enfin, ça parle concours. Là, je décroche. Qu’est-ce que j’en sais moi ce que je veux faire comme concours ? J’ai fait prépa parce que les maths ça m’amuse. Mais l’X (polytechnique pour les néophytes), l’ENS, Centrale ou les Mines reviennent. Il n’y a que celles-ci au sortir d’une école comme celle-là. D’ailleurs, je suis en 831, qu’on appelle aussi HX4, soit Hypo X (optimistes), mais va savoir quoi choisir. C’est sans doute ça le plus dur.

Et en plus, on fait sport quand on veut lalalalaire. On peut y aller trois fois par semaine et pas pendant un mois. C’est archi-libre, et ça permet de décompresser un peu pour s’arrêter de faire des maths pendant un quart d’heure (il ne faut pas abuser des bonnes choses).

Si j’avais pour l’instant un conseil à donner aux indécis qui font des maths, qui aiment ça parce que c’est aussi esthétique que l’Art, qui en font parce que la réflexion et l’imagination sont stimulées et stimulantes, n’hésitez plus une seconde : partez en prépa. C’est un autre monde, et c’est un monde magique.

Articles similaires :

    None Found

Vous pouvez suivre tous les commentaires de cet articles grâce aux fils RSS 2.0. Les commentaires sont ouverts.

5 Responses

  1. J’adore. J’adore. J’adore. :-)
    Continues de nous donner tes impressions sur la prépa, soit sur que ça en inspires plus d’un ici :-)

  2. 2
    Araen 

    Vers fevrier j’essaierai de passer vous faire un coucou, histoire de parler aux scientifiques de la ville de ce qu’est vraiment la prépa (si je suis pas mort).

  3. 3
    Valentin 

    Je me sens honteux de ne pas avoir vu cet article plus tôt ! Du coup j’ai encore plus envie d’aller en prépa, mais bon mon i²=-1 m’attends encore !
    Hâte de te revoir, histoire de voir si tu as été transformé par la vie lyonnaise et les jôôôône ainsi que les pot-à-eau !

    Valentin :D

  4. 4
    Araen 

    C’est genre un autre monde. Tu peux même pas imaginer (moi j’imaginais pas). Mais I’ll be back. Et je vous raconterai tout.

  5. 5
    Valentin 

    Juste un conseil, avant d’entamer la prépa, toujours, toujours réviser son théorème de Thalès !!! (à bon entendeur, salut)

    HX4 Surpuissants, Omniscient, Omnipotent !

Laisser un commentaire