Archive pour ◊ août, 2011 ◊

• Mercredi 31 août 2011 à 19 h 50
Auteur :

Mais plutôt un subterfuge d’écrivaillon de province afin de contenter mes trois derniers lecteurs qui sont inéluctablement dans l’attente d’un nouvel article qui tarde à montrer le bout de son nez. Eh bien mes braves, que voulez-vous que je vous raconte ? Je ne sais pas. En plus, je ne fais rire que vous. Moi je trouve pas ça très drôle ce que j’écris.

Bref. Pour finir dans le non-rigolo absolu, je vous mets un texte de Tolstoï découvert tout à l’heure, pas très long, mais tellement édifiant. Comme ça, les trois derniers lecteurs se suicideront et je pourrai enfin parler des tortues de Nouvelle Guinée tranquillement, sans recueillir vos quolibets moqueurs qui chaque jour remettent en cause cette passion pourtant inébranlable que je voue aux tortues de Nouvelle Guinée. Merci.

« II m’arriva ce qui arrive à tous ceux qui ont contracté une maladie interne mortelle. D’abord, on voit  apparaître un symptôme insignifiant auquel le malade n’accorde nulle importance, puis les symptômes reviennent de plus en plus souvent et se fondent en une seule souffrance indivisible dans le temps. La souffrance augmente, et en un clin d’œil le malade se rend compte que ce qu’il a pris pour une légère indisposition est ce qu’il y a de plus important au monde pour lui, que c’est — la mort.

La même chose m’arriva à moi. Je compris qu’il ne s’agissait pas d’un petit malaise, mais d’une chose importante, et que si les mêmes questions revenaient sans cesse, il fallait y répondre. Et je tentai d’y répondre. Ces questions semblaient si stupides, simples, enfantines. Mais dès que je les effleurai pour essayer d’y répondre, je dus me rendre à l’évidence que premièrement, ces questions n’étaient ni enfantines ni stupides, mais au contraire les plus importantes les plus profondes, et que deuxièmement, malgré toutes mes réflexions, j’étais impuissant à y répondre. Avant de m’occuper de mon domaine de Samara, de l’éducation de mon fils, de l’écriture de mes livres, je devais savoir pourquoi je le ferais. Tant que j’en ignorais la raison, je ne pouvais rien faire, je ne pouvais pas vivre. Au milieu de mes pensées à propos de l’organisation de mon domaine, qui m’occupaient beaucoup à cette époque, une question me venait soudain à l’esprit: « Bon, mettons que tu auras 6 000 dessiatines (une dessiatine égale approximativement un hectare) dans le gouvernement de Samara, 300 chevaux, et après ?… » Je plongeais dans une complète hébétude, ne sachant plus ce que je devais penser. Ou bien, dès que je me mettais à réfléchir à l’éducation de mes enfants, je me disais: « A quoi cela sert- il? » Ou encore, lorsque je me demandais comment le peuple pouvait accéder à l’aisance, je me disais soudain: « Et en quoi cela me concerne-t-il ? » Ou, pensant à toute la gloire que mes œuvres me procureraient, je me répondais à moi-même : «Bon, d’accord, tu seras plus connu que Gogol, Pouchkine, Shakespeare, Molière, tous les écrivains du monde, et alors ? » Et je ne pouvais rien y répondre. Les questions n’attendaient plus, il fallait y répondre immédiatement. Si je n’y répondais pas, je ne pouvais plus vivre. Or, il n’y avait pas de réponse.

Je sentis que ce sur quoi je tenais s’était brisé, que mes pieds n’avaient plus d’appui, que ce qui m’avait fait vivre n’existait plus, que je n’avais plus rien qui me fasse vivre.

Ma vie s’arrêta. Je pouvais respirer, manger, boire, dormir, ne pouvant pas ne pas respirer, manger, boire ou dormir; mais je n’avais point de vie, car il n’existait plus de désirs dont la réalisation m’eût paru raisonnable. Si je désirais quelque chose, je savais à l’avance qu’il n’en résulterait rien, et peu m’importait de satisfaire ou non mon désir. Si une fée m’était apparue me proposant de réaliser un de mes vœux, je n’aurais su que demander. Si, dans des moments, d’ivresse, il m’arrivait d’éprouver sinon des désirs, du moins un souvenir d’ancien désir, aussitôt dégrisé je savais que c’était une illusion, qu’il n’y avait rien à désirer. Je ne pouvais même pas désirer connaître la vérité, car j’en avais déjà une idée. La vérité, c’était l’absurdité de la vie. C’était comme si j’avais vécu en me dirigeant vers un abîme et qu’à présent, je me trouvais devant et que je voyais clairement que devant moi il n’y avait rien en dehors de ma perte. Je ne pouvais ni m’arrêter, ni reculer, ni fermer les yeux pour ne pas voir que devant moi il n’y avait rien d’autre que souffrances et vraie mort, anéantissement complet.

Lire la suite…

• Lundi 22 août 2011 à 17 h 53
Auteur :

Suicide

-          SANDRA, À TAAAAABLE !

Sandra, elle a entre quinze et vingt-cinq ans, à ça près. Jeune fille semi-pubère affublée de ces mini-jupes qui font rougir le plus cryogénique des prêtres, Sandra appartient à ce peuple qui vit encore au crochet de ses parents car incapable de faire de sa vie une histoire flamboyante. À peine bonne à conter la couleur de son nouveau stérilet au gout cassis (pour plus de plaisir au niveau des papilles de Monsieur !) ou à écrire ses peines de cœur sur son skyblog je-sui-tro-pa-comprise-par-le-monde-tou-entié, avec Kevin (ou Dylan ? Était-ce Dylan ? Qui seulement peut le dire). Elle nous dit que les adolescents d’aujourd’hui, c’est tous des cons, mais pas elle, parce qu’elle elle connait grave l’amour avec Kyle. Ted ? Était-ce Ted ? En plus, elle est trop cultivée, elle connait toute l’histoire d’amour entre Rimbaud et Voltaire.

Sandra, c’est la décadence. « Notre culture est morte, et c’est nous qui l’avons tuée » aurait pu écrire Nietzsche s’il avait vécu aujourd’hui sans s’être suicidé avant son troisième lustre. Nietzsche qui se plaignait déjà d’une décadence en ayant pour contemporains Flaubert, Zola, Tolstoï, Rimbaud, Cézanne, Monet, Van Gogh, Brahms, Debussy ou Wagner. S’il avait écrit « La culture est morte, et c’est nous qui l’avons tuée », on lui aurait, et justement, ri au nez. On a rarement eu mieux depuis Une Saison en Enfer, le Clair de Lune ou le Champ de blé avec Cyprès.

Aujourd’hui, début de la deuxième décennie des années deux-mille que l’on espèrerait presque être la dernière tant la douleur est insupportable, ce sont des envies d’exil au Népal qui me prennent, des désirs de devenir moine au Tibet pour agiter des moulins à prière et ne plus jamais allumer W9 ou Direct Star l’après-midi.

Sandra, elle contribue à la mort d’un peuple qui s’abrutie, qui devient incapable de différencier le génie d’un crotin quelconque. Le peuple, ce marasme dégoulinant dont les classes majoritaires s’enorgueillissent de leur fashionitude dans des slims criards, se gavant de chips devant Secret Story qu’Ayem c’est trop une bombasse. Dernièrement, c’est le dégueulard de vomi gélatineux appelé Keen’V qui a fait son apparition indispensable sur la scène française, se rajoutant aux autres.

Dans sa chanson d’une rare force « J’aimerais trop », il arrive à concilier la passion brûlante des Hommes avec une modération quasi-divine dans des sentences aussi vives que définitives. Exemple : « J’aimerais trop qu’elle m’aime (sous-entendu : ça m’ferait kiffer mon boule meuf) ». Incroyable. Et à rajouter derrière : « Mais elle elle ne veut pas ». Tout ça dans un cadre exotique sans cliché où il travaille comme sous-fifre dans un hôtel. Un truc du genre, tu penses bien. « J’aimerais trop qu’elle m’aime, mais elle elle ne veut pas ».

Lire la suite…