Archive pour ◊ mai, 2010 ◊

• Vendredi 14 mai 2010 à 19 h 58
Auteur :

Vanneste est de ces personnages immondes qui feraient presque passer les idéologies totalitaires pour de la politique au pays merveilleux des Schtroumpfs. Jamais je n’ai caché mon mépris de cet homme qui continue à truster le devant de la scène et à monopoliser l’ensemble des propos homophobes des médias, et pourtant je n’ai jamais écrit à son sujet.

Alors autant vous dire que l’article que allez peut-être lire si vous en avez le courage, ou que vous ne lirez pas si les problèmes de notre temps ne sont pas votre priorité, manquera peut-être d’humour mais viendra de mes pensées les plus sincères. Dans un article du 30 Avril que j’ai découvert il y a quelques minutes à peine, Christian Vanneste revient sur les scandales de pédophilie qui ont agité l’Eglise dernièrement et ne manque, bien évidemment, pas de cracher sur la communauté homosexuelle.

Le cardinal Bertone, numéro deux du Vatican, avait récemment déclaré :

De nombreux psychiatres et psychologues ont démontré qu’il n’existe pas de relation entre le célibat et la pédophilie, mais beaucoup d’autres – et on me l’a dit récemment – ont démontré qu’il existait un lien entre l’homosexualité et la pédophilie

Les médias internationaux avaient condamné ces propos, notamment la France qui fut la première à s’engager via le Quai d’Orsay, qualifiant la déclaration de Bertone d’«amalgame inacceptable». Et c’est donc là-dessus que Vanneste est revenu, puisqu’il démarre sur les chapeaux de roues, faut pas déconner, en affirmant : « L’opposition outrancière entre pédophilie et homosexualité n’est pas fondée« .

Lire la suite…

Categorie : Actualité  | 7 Commentaires
• Dimanche 02 mai 2010 à 20 h 35
Auteur :

Avant toute chose, je dois juste vous dire que je ne suis pas parti neutre dans ma tête quant à mon avis sur le deuxième opus d’Iron Man. Il y a des films comme ça qui nous font bonne impression dès que la sortie est annoncée, ou au contraire qui ont une réputation d’étron dans notre coeur sans qu’on sache vraiment pourquoi (Transformers 2, 2012, etc.). Donc Iron Man 2 avait complètement le monopole du coeur en ce moment là, notamment avec un casting présentant Robert Downey Jr., Scarlett Johansson ou encore Mickey Rourke dans le rôle du méchant.

La fin du premier volet des aventures de Tony Stark, le génie scientifique milliardaire — alias Iron Man —, prenait fin avec l’aveu officiel de son identité secrète et de son rôle de super héros. Après ce premier film qui avait fait l’unanimité, il n’était peut-être pas évident pour le réalisateur, Jon Favrau, de réitérer l’exploit scénaristique et esthétique d’Iron Man 1.

Iron Man 2

Affiche d'Iron Man 2

L’action du film se situe donc à peu près 6 mois après la fin du premier volume, en Russie, où le fils d’un des collaborateurs d’Howard Stark (le père de Tony) est en train de mettre au point un réacteur similaire, mais plus puissant, à celui qui alimente le coeur du milliardaire interprété par Robert Downey Jr. Bien évidemment, tout cela pour créer sa propre armure et mettre à genoux Stark fils dans un but de vengeance. Sans compter l’aide de Justin Hammer, PDG d’Hammer Industries, principal concurrent de Stark Industries qui va tout faire pour devenir le maître du monde.

Les nouveaux personnages introduits sont plutôt sympathiques, c’est simplement dommage que la nouvelle assistante de Stark, Natasha (Scarlett Johansson en rousse), n’ait pas forcément son lot de scènes importantes et qu’elle imite seulement Trinity de Matrix dans un des moments absolument pas clé du film. D’un autre côté, Sam Rockwell — que j’avais pu découvrir et apprécier dans Moon, sorti en 2009 — dans le rôle du médiocre Justin Hammer, qui tente tant bien que mal (plus mal que bien) d’imiter Stark dans ses innovations et son comportement, est plutôt convaincant, de même qu’un Samuel L. Jackson borgne interprétant le grand sauveur technologique de Stark, Nick Fury.

Ce film tient pour moi tous les paris qu’il avait pu poser. L’humour y est plus présent que dans le premier, avec des répliques franchement hilarantes, des scènes cultes et un jeu d’acteur totalement mythique. On revient plus profondément sur les origines et sur la vie de Tony Stark, notamment à travers son père, et on approfondit la psychologie des personnages qu’on avait légèrement laissé de côté précédemment pour s’axer uniquement sur l’histoire, qui était quand même la création de l’armure.

Les effets spéciaux ne sont pas extraordinaires, certes, les voitures qui se font couper en deux par les fouets lasers d’Ivan (le grand méchant Russe qui rêve de vengeance vis-à-vis de la famille Stark) ne sont pas totalement crédibles, les combats entre les armures sont un peu mollassonnes et les bruitages sont carrément exagérés, mais sérieusement, Robert Downey Jr. rattrape tout. Depuis que j’ai vu Sherlock Holmes (j’ai vu Iron Man 1 plus tard), je nourris une véritable passion pour cet acteur qui est véritablement extraordinaire. Et je dose mes mots à la pro-pipette. Ses expressions sont incroyables et le rôle du mégalomane totalement narcissique et séducteur invétéré Tony Stark lui va comme un gant.

Pour le troisième volet, je pense cependant qu’un peu plus d’action et une intrigue qui tournerait plus autour du personnage principal que d’un personnage annexe qui veut affaiblir Stark gagneraient au change. 8.5/10.

Categorie : Films  | Tags: ,  | 8 Commentaires