Archive pour ◊ octobre, 2009 ◊

• Mardi 06 octobre 2009 à 12 h 07
Auteur :

Et ce, surtout quand ce sont des femmes. Pour tout vous dire, je méprise les professions où le chirurgien doit mettre ses doigts dans votre bouche. Premièrement, parce-que c’est dégueulasse et que ça viole un endroit que je n’ai absolument aucune envie de partager avec un inconnu, deuxièmement parce-qu’il faut être timbré pour répondre « Etre dentiste » quand on vous a demandé quel était votre rêve d’enfance. Franchement, mais qui veut être dentiste si ce n’est un grand malade dans sa tête, atteint de psychose et de nevrose dans un même temps ?

Tout me répugne et me révulse, me donne la nausée et me fait tourner de l’oeil. Je dois dire que ça commence dès la salle d’attente. Vous ouvrez une porte de verre pour quitter la fraicheur hivernale qui, depuis quelques jours, s’est abattue sur les pavets lisses de votre tendre et douce ville, dans le seul but d’entrer dans un pièce confinée aux odeurs vomitives et dans laquelle vous ne pouvez réclamer que 12% de la place disponible. Mais évidemment, le dentiste est toujours en retard. C’est un axiome qu’il n’est pas nécessaire de démontrer. Pour passer le temps et éviter de vous emmerder copieusement durant l’heure qui suit (vous étiez en retard, et comme vous êtes ponctuel vous avez oublié votre iPhone ou votre GameBoy Color pour les plus mélancoliques), vous regardez avec une morne fixitude les murs joviaux de la pièce exigue. Vous apprenez par coeur les chants lyriques nous assennant ces merveilleux « Si tu te brosses pas les dents en inclinant ta brosse en poil de dromadaire à 2π radians (ndla: Les dentistes parlent en radians et utilisent fréquemment les cercles trigonométriques dans leurs démonstrations), ta bouche va devenir une décharge publique pleine de pu odorant et tes gencives vont se mettre à habiter une faune microscopique à faire palir le vagin de Paris Hilton ».

Le temps passe, le gamin en face de vous vient de coller une crotte de nez sous son siège. SCANDALE ! VOUS L’AVEZ VU ! Ah, c’est à vous. Charmante petite secrétaire qui vous prie de vous asseoir. « M’asseoir ? Vous êtes sûre ? Quel dommage… ».

Ne faisant ni une, ni deux, ni trois, ni quatre, ne faisant même pas cinq ou six, voici le docteur (oui, le docteur, LOL) qui vous fout un truc dans la bouche que vous vous demandez comment ça se fait que vos lèvres ne se soient pas fissurées ou que vos joues n’aient pas éclatées sous la pression. Et vlan, il met un truc en plastique (bleu, c’est beau le bleu) qui vient coincer votre langue et qui vous fait un mal de chien parce-que ça appuie sur vos gencives inférieures intérieures. De là, un long tuyau aspirant récupère votre bave (j’ai découvert que j’avais beaucoup plus de bave que l’on n’aurait pu le croire ce jour là) dans un bruit de tractopelle. Et vous avez mal, et presque vous vous noyez dans vos sécrétions, et votre langue est super sèche, et quand vous voulez l’hydrater y’a le tuyau qui se bouche et ça fait « Pshshshhchhshh », et cette connasse d’orthodontiste qui te dit « OUVRE LA BOUUUUCHE PLUS GRAND ! ». J’ai arrêté de compter le nombre de fois où j’étais sur le point de l’assassiner à partir de la trente-deuxième.

Et vous repensez à cette revue de merde posée sur la table basse de cette salle d’attente aseptisée, « Parents, que faire pour survivre à des ados dangereux », et vous comprenez que oui, un ado c’est dangereux. Vous vous demandez si ça vient des jeux vidéos, si c’est l’influence des 65% de 12-15 ans qui pratiquent couramment le cunillingus et la fellation ou si c’est le monde virtuel qui vous entoure qui vous fait cultiver de si noirs desseins.

Vous rêvez de vous emparer de cette perceuse à l’embout tournant pour crever une pupille, peut-être deux. Vous rêvez de cracher sur son crâne toute cette eau dégueulasse qu’elle a balancé avec son karcher dans votre pauvre orifice buccal qui ne s’en remettra plus. Vous rêvez, encore, oui ! Vous rêvez de foutre des claques, de casser une jambe. Vous voulez rigoler en l’imaginant mourir dans d’atroces souffrances, mais vous pouvez pas parce-que sinon vous vous étouffez et que vous vous faites engueuler « OUVRE LA BOUCHE, OUVRE LA BOUCHE SINON JE TE TRANSPERCE LE PALET AVEC MA MOISSONEUSE BATTEUSE ».

Je méprise les orthodontistes.

Categorie : Ecriture  | Tags: , ,  | 7 Commentaires